13 mars 2011

Sésime au Japon

Comme vous le savez, hier était une des journées les plus bourversant pour moi et beaucoup de mes amis au Japon.

 En fait je suis en ce moment en France pour un séjour temporaire, et j'ai appris ces mauvaises nouvelles par l'internet dans le matin. 

Au début je ne croyais pas mes yeux et j'ai tout de suite appelé  ma famille par skype. Ils habitaient tous dans la zone ouest de Tokyo, moins affectée, mais qui a connu le degré 5 de l'échelle Richter. Heureusement je pouvais tout de suite parler avec eux. 

Pendant la journée j'ai appris petit à petit la gravité de situation.

Ce n'est pas seulement les images des tsunamis géants qui me choquaient, mais aussi toutes les sortes de stresses et de confusions que racontaient mes amis et mes connaissances sur Facebook et sur Twitter.

La région la plus touchée du séisme est toujours coupée du réseau électrique sauf de quelques bâtiments équipés du système pour l'urgence. La manque de l'eau et du gaz partout. Je n'ai toujours pas de contacte avec quelques amis dans cette zone, sauf ceux qui se sont débrouillé avec leur téléphone portable.

[14/03: J'ai pu arriver à joindre la plupart d'eux. Beaucoup d'eux ont été en fait coincé à Tokyo, en étant voyage d'affaire. Ils essayent de joindre leur famille dans la région.]

Les villes moins touchées, comme Tokyo, semblent avoir repris petit à petit la vie normale, surtout avec le retour du transport commun, mais des répliques de tremblement continuent encore et beaucoup passent la nuit sous l'inquiétude. L'inconvénient au niveau matériel n'y est pas absent non plus. La coupure d'électricité arrive encore assez fréquemment selon des quartiers. La pénurie de nourriture n'épargnent pas certains. un ami a montré des photos des étagères vides de supermarchés. Et depuis cet après-midi, Le stresse psychologique s'accentue avec la nouvelle de l'accident de la centrale nucléaire. 

Mais pour l'instant, je pense qu'ils tiennent le coup vraiment bien. Dans la ville, les gens s'aident, en solidarité,  en hébergeant des gens qui ne pouvaient pas rentrer chez eux. Twitter est toujours saturée des mots et des annonces pour les réfugiés. 

Puisque le manque d'électricité atteint au sommet, il y a l'appel de l'économie d'électricité à l'archipel entier. Les compagnies d'électricité des régions ouest du Japon ont commencé à envoyé de l'électricité à l'Est.

 

Dans ce genre de situation, ceux qui sont loin du pays ne peuvent vraiment pas grande chose, sauf de prier, de faire le don, et d'écrire.

 

P.S. Maintenant je n'habite plus dans le studio à Tokyo, que montre la photo de mon identifiant, à gauche de ce blog. Depuis un an, je me suis installée à Hiroshima, dans la partie ouest du Japon. Si j'avais habité encore dans ce studio avec plain de livres, l'histoire aurait été différente pour moi.

 

Posté par soki à 07:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Sésime au Japon

    Anne et Sofi aux nouvelles

    Bonjour ,
    Nous voici rassurées ... Au moins pour toi !
    Je t'ai envoyé mails et SMS mais sans être sûre qu'ils étaient encore valables.

    Nous serions contentes si tu as le temps de nous contacter pendant ton séjour .

    Gros bisous et bon courage à toutes et tous

    Posté par Anne-Pelpa, 13 mars 2011 à 19:49 | | Répondre
  • informations indépendantes

    Konichiwa Sayaka san,

    Si vous voulez lire des informations "non officielles", vous pouvez aller sur ce site :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/

    Les premières mesures indépendantes de radioactivité sont alarmantes au Japon :

    à la mairie de Futaba, située à 2km de la centrale de Fukushima Daiichi, la radioactivité dépasse la capacité de mesure de certains
    des compteurs Geiger (BEIGER COUNTR DZX2, VICTOREEN 209-SI, et MYRate PRD-10) employés par les journalistes japonais.

    1 mSv représente le niveau de la limite annuelle
    autorisée en France pour l'exposition de la population aux rayonnements radioactifs artificiels en France. En seulement 1
    heure, un citoyen japonais reçoit la dose annuelle.

    la radioactivité atteignait un niveau 400 fois supérieur à la normale à la préfecture de Miyagi, distante de 80 km de la centrale de Fukushima Daiishi.

    Le gouvernement japonais cherche à minimiser autant que possible la gravité de la catastrophe nucléaire en cours et du relâchement de radioactivité dans l'environnement. Avec la
    réunion ministérielle de ce samedi 12 mars et la tentative de désinformation du ministre de l'industrie Éric Besson, la machine à étouffer l'information s'est déjà mise en marche, en France aussi.

    気を付けて。ではまたね。

    ジャンリュック

    Posté par ジャンリュック, 16 mars 2011 à 10:12 | | Répondre
  • Et maintenant?

    Salut,

    Heureux d'avoir de tes nouvelles, même si la catastrophe que connaissent tes compatriotes me touche énormément.

    Et maintenant, tu penses faire quoi? Rester en France, repartir à la date prévue? J'imagine que le dilemme doit être grand...

    Quoi qu'il en soit, bon courage à tes amis, ta famille et à toi.
    Une telle catastrophe dans un autre pays l'aurait détruit pour des années. Mais le Japon n'est pas n'importe quel pays! Le courage et la capacité de travail des Japonais fera se relever ton pays plus vite qu'aucun autre, et nous serons tous étonnés par la rapidité de sa reconstruction!

    @ bientôt, amis du Soleil Levant!

    Posté par Fab, 19 mars 2011 à 17:36 | | Répondre
  • Triste anniversaire que celui de ton dernier message publié...

    Posté par Yvan, 11 mars 2012 à 19:24 | | Répondre
Nouveau commentaire