17 décembre 2009

Délocalisation à la japonaise?

34 % de la population active sont précaires au Japon.
Ce chiffre dépasse celui de la France et celui de l'Espagne, par exemple.
Pourtant, on ne voit pas les choses autant clairement qu'en France.
La même phénomène s'affiche souvent différemment. 
Voici un exemple, "délocalisation".
En fait, on en parle assez peu dans les médials japonais. Pourtant ça existe pleinement, mais d'une façon moins visible, car dans la plupart de cas, ça avance sous la silence.

Sinon, dans certains de cas, les japonais eux-mêmes sont "délocalisés".
Par exemple, dans ce site, un travailleur précaire raconte son expérience au travail en Chine. Il est d'origine de Hiroshima, donc japonais, et a été envoyé là-bas pour travailler dans un centre d'appel pour une compagnie japonaise. 
On avait donc délocalisé non seulement des centres d'appels pour les clientels japonais hors de l'archpel, mais aussi des travailleurs, car ces japonais sont naturellement très bons japonophones.
Et ce déplacement a lieu souvent de façon très exploitateur et terrible. Tout d'abord, ce sont les travailleurs eux-mêmes qui payent les frais de transport jusqu'en Chine, pas les compagnies. En plus, ils doivent travailler sous la même condition que les chinois sur place, c'est à dire, 2 euro par heure, et ne peuvent presque jamais avoir d'épargne. Cela doit être bien intéressant pour les compagnies

Mais vous penseriez comment cela est possible, pourquoi ces japonais sont tellement gentils moutons...

Il doit y être plusieurs raisons, mais selon ce travailleur, ce genre d'offre d'emploi vient souvent avec des phrases comme les suivants:

"Pour votre futur carrière internationale ! Vous pourrez étudier le chinois en travaillant!"

Par exemple je trouve très facilement avec google un publicité assez intéressant de ce genre. Il s'agit d'un offre de bourse scolaire pour l'étude du chinois, proposé par Dailien telecom.

http://www.dailian-telecom.com/intern/muji47.htm (site en japoais)

Dailien telecom vous prpose un cursus du chinois à l'université de Dailianminzu, en Chine, sous la condition du travail de 40 heures par semaine dans ses centres d'appel. (lundi-vendredi 6h/j, 8h de travail à samedi)....
Ce qui est quand même mieux dans ce pub que l'histoire citée en haut, c'est qu'il vous fournit au moins 3000 yuan comme "aide" en plus du salaire, et vous offre aussi les frais de logement et les frais de scolarité.
.....Mais bien sûr que vous n'avez pas de choix de logement, et que vous devrez partager la chambre de dortoire avec d'autres "étudiants".


*


Je vous remercie tous aux visiteurs qui m'ont envoyé des messages, et des commentaires sur ce blog....!
Ces derniers temps je me demande comment continuer ce blog, avec l'autre en japonais.
Une des idées c'est de les réunir et créeer un blog bilingue, comme on m'en a proposé. Mais pour ça, il me faudra un peu de temps....

Posté par soki à 14:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Délocalisation à la japonaise?

    やった!さやかさんはブログにもどった!

    Il y a eu des événements approchant en France: lors de délocalisation d'usines, il était proposé aux salariés d'aller travailler dans les pays d'accueil avec le salaire local. Comme la personne refusait la mutation, l'entreprise n'était pas obligée trop d'indemnités je crois.

    On en a beaucoup parlé dans les journaux, mais je n'arrive plus à retrouver de liens.

    Bon courage pour la suite du blog (ici ou dans un blog bilingue)

    Posté par chris, 17 décembre 2009 à 21:56 | | Répondre
  • どうもご無沙汰してます。
    メッセージありがとうです(´∀`)

    Merci beaucoup pour tes mots et tes encouragements!

    Merci aussi pour les renseignements.
    C'est aussi terrible cette histoire.
    Mais l'entreprise est quand même un tout petit peu plus honnête dans ce cas, car elle ne cache pas son vrai motif par l'image hypocrite genre "pour votre carrière et pour l'étude de langue", etc...

    Bonnes fêtes!!

    Posté par Sayaka, 21 décembre 2009 à 15:00 | | Répondre
  • "34 % de la population active sont précaires au Japon.
    Ce chiffre dépasse celui de la France et celui de l'Espagne, par exemple"
    Oui, mais le taux chomage est pire en France et en Espagne.

    En France aussi il y a des délocalisations, mais il y a aussi des gens qui la France pour travailler à l'étranger a cause:
    - de la qualité de vie qui diminue (principalement a cause de la criminalité).
    - des impots/taxes élevés.

    Posté par Dupont, 26 janvier 2010 à 03:11 | | Répondre
Nouveau commentaire