Le blog de Sayaka

16 avril 2021

Dix ans après

J'ai retrouvé ce blog après une longue silence. Le temps passe vraiment vite. Mon dernier message est daté le 13 mars 2021. 

Je n'habite plus à Hiroshima, où j'étais il y a dix ans. C'est à Nagoya que je me suis installée depuis 5 ans. 

Quand j'ai commencé ce blog, au début du 21e siècle, j'étais une étudiante à Paris. Des blogueurs/blogueuses japonais.e.s francophones n'étaient pas encore nombreux. Maintenant on trouve toutes les sortes de contenus sur le Japon et sa culture par des auteur.e.s très divers.e.s. Pareils pour les contenus sur la France. Chaque jour, je consulte les journaux français, écoute la radio française, et regarde les vidéos postés par des youtubeurs.e.s français.e.s De temps en temps, j'ai même des occasions de discuter avec des gens en Hexagone par téléconférence. De nos jours, tout étant chez soi, on peut se renseigner assez bien sur ce qui se passe à l'endroit très lointain.

Pourtant, la crise sanitaire m'a enlevé une habitude très importante: le voyage régulier pour la France. Chaque année, je le faisais pour mon métier en tant que chercheure, en principe pour visiter les archives (je suis historienne) et revoir des ami.e.s. Quand la covid-19 a frappé le sol parisien en mars 2020, j'y étais et j'ai eu le confinement à la fin de mon séjour. Dès lors, je n'ai pas encore eu d'occasion d'y revenir. 

Quand je retrouve son paysage, étant sur cette terre en présentiel, ce sera une vraie joie. J'en suis sûre.

Posté par soki à 22:11 - Permalien [#]


13 mars 2011

Sésime au Japon

Comme vous le savez, hier était une des journées les plus bourversant pour moi et beaucoup de mes amis au Japon.

 En fait je suis en ce moment en France pour un séjour temporaire, et j'ai appris ces mauvaises nouvelles par l'internet dans le matin. 

Au début je ne croyais pas mes yeux et j'ai tout de suite appelé  ma famille par skype. Ils habitaient tous dans la zone ouest de Tokyo, moins affectée, mais qui a connu le degré 5 de l'échelle Richter. Heureusement je pouvais tout de suite parler avec eux. 

Pendant la journée j'ai appris petit à petit la gravité de situation.

Ce n'est pas seulement les images des tsunamis géants qui me choquaient, mais aussi toutes les sortes de stresses et de confusions que racontaient mes amis et mes connaissances sur Facebook et sur Twitter.

La région la plus touchée du séisme est toujours coupée du réseau électrique sauf de quelques bâtiments équipés du système pour l'urgence. La manque de l'eau et du gaz partout. Je n'ai toujours pas de contacte avec quelques amis dans cette zone, sauf ceux qui se sont débrouillé avec leur téléphone portable.

[14/03: J'ai pu arriver à joindre la plupart d'eux. Beaucoup d'eux ont été en fait coincé à Tokyo, en étant voyage d'affaire. Ils essayent de joindre leur famille dans la région.]

Les villes moins touchées, comme Tokyo, semblent avoir repris petit à petit la vie normale, surtout avec le retour du transport commun, mais des répliques de tremblement continuent encore et beaucoup passent la nuit sous l'inquiétude. L'inconvénient au niveau matériel n'y est pas absent non plus. La coupure d'électricité arrive encore assez fréquemment selon des quartiers. La pénurie de nourriture n'épargnent pas certains. un ami a montré des photos des étagères vides de supermarchés. Et depuis cet après-midi, Le stresse psychologique s'accentue avec la nouvelle de l'accident de la centrale nucléaire. 

Mais pour l'instant, je pense qu'ils tiennent le coup vraiment bien. Dans la ville, les gens s'aident, en solidarité,  en hébergeant des gens qui ne pouvaient pas rentrer chez eux. Twitter est toujours saturée des mots et des annonces pour les réfugiés. 

Puisque le manque d'électricité atteint au sommet, il y a l'appel de l'économie d'électricité à l'archipel entier. Les compagnies d'électricité des régions ouest du Japon ont commencé à envoyé de l'électricité à l'Est.

 

Dans ce genre de situation, ceux qui sont loin du pays ne peuvent vraiment pas grande chose, sauf de prier, de faire le don, et d'écrire.

 

P.S. Maintenant je n'habite plus dans le studio à Tokyo, que montre la photo de mon identifiant, à gauche de ce blog. Depuis un an, je me suis installée à Hiroshima, dans la partie ouest du Japon. Si j'avais habité encore dans ce studio avec plain de livres, l'histoire aurait été différente pour moi.

 

Posté par soki à 07:14 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 octobre 2010

Canalblog a effacé mon message....

J'ai écrit un long article intitulé "Facebook et les japonais" et je l'ai appui "poster & publier". Puis, j'ai vu la fenêtre qui m'annonce qu' une erreur est survenue et que mon article n'existera plus. 

Je ne sais pas la raison exacte. Bon, ça arrive toujours une erreur inconnue....

Mais une chose ne quitte pas mon exprit. Quand j'écrivais le message en question, je voyais en haut, une autre fenêtre qui me recommandait de synchroniser ce blog avec Facebook ou twitter. Et on m'a dit que je ne pourrais pas publier un nouveau message sans décider oui ou non pour cette proposition. Je m'en fichais et j'ai poussé d'abord le bouton pour publication....et voici le résultat.

Moi aussi je suis un des usagers japonais de Facebook, qui a un peu du mal à bien réussir chez nous. Ce service est bien utile pour garder le contacte avec des amis lointains. C'est sympa. Mais j'en ai de plus en plus marre de sa présence partout, notamment dans le monde d'internet en langue européenne.

Franchement, que le marché japonais garde une certaine indépendance face à lui. 

Quant à Twitter, c'est trop tard. Il a bien pénétré chez nous.

Posté par soki à 15:13 - Permalien [#]
Tags : , ,

21 décembre 2009

importation des feux d'artifice japoanais

Il y a quelques jours, un visiteur de ce blog, parisien, m'a demandé où on peut se procurer 線香花火, senkou hanabi, feux d'artifice typiques du Japon (voici l'image).
Je lui ai répondu avec quelques jours de retard, mais des mails ne lui sont pas parvenus par des problèmes techniques. Donc au lieu de lui répondre directement, je me permets de poster un article sur le sujet.

Selon lui, parisien, il est allé chez Junku, puis Kmart, a demandé à "tous ceux qui voulaient bien répondre en passant dans le 1er arrondissement où l'on peut bien en trouver... ne serait-ce où l'on pourrait en chercher. En vain."

Moi-même je ne savais aucun magasin japonais dans Paris qui importe ce produit. Donc j'ai fait un peu de recherche et ai réalisé grosso modo la situation.

En fait, il est peut-être plus facile d'en chercher au quartier chinois à Paris, car ce sont maintenant les fabriquants chinois qui nous importent des produits à bas-prix dans l'archipel. Il semble que depuis certain temps, la production  traditionnelle de senkou hanabi par les fabriquants domestiques est vraiment en difficulté face aux produits chinois.

http://kyushu.yomiuri.co.jp/magazine/life/908/li_090803.htm

 Leur marché diminue même dans le pays d'origine, donc peut-être qu'ils ne pensent pas beaucoup l'exportation. Du coup Ce n'est pas étonnant que "le quartier japonais" au 1er arrondissement à Paris, les gens de la rue St Anne, n'en savent pas grande chose.

Au Japon, on peut acheter des senkou hanabi fabriqués au Japon, du prix relativement élevé mais de bonne gamme, dans certains de magasins, comme amazon.co.jp, mais ils en exportent pas hors du Japon. 

Voici ma réponse....

 

*

 

P.S. Merci aussi pour des messages pendant mon absence. Ces derniers mois, étant débordée du travail et d'autres chose, je ne pouvais pas du tout répondre à presque aucun de messages envoyés par le biais de ce blog. J'en suis navrée...

 

 

Posté par soki à 14:55 - Permalien [#]

17 décembre 2009

Délocalisation à la japonaise?

34 % de la population active sont précaires au Japon.
Ce chiffre dépasse celui de la France et celui de l'Espagne, par exemple.
Pourtant, on ne voit pas les choses autant clairement qu'en France.
La même phénomène s'affiche souvent différemment. 
Voici un exemple, "délocalisation".
En fait, on en parle assez peu dans les médials japonais. Pourtant ça existe pleinement, mais d'une façon moins visible, car dans la plupart de cas, ça avance sous la silence.

Sinon, dans certains de cas, les japonais eux-mêmes sont "délocalisés".
Par exemple, dans ce site, un travailleur précaire raconte son expérience au travail en Chine. Il est d'origine de Hiroshima, donc japonais, et a été envoyé là-bas pour travailler dans un centre d'appel pour une compagnie japonaise. 
On avait donc délocalisé non seulement des centres d'appels pour les clientels japonais hors de l'archpel, mais aussi des travailleurs, car ces japonais sont naturellement très bons japonophones.
Et ce déplacement a lieu souvent de façon très exploitateur et terrible. Tout d'abord, ce sont les travailleurs eux-mêmes qui payent les frais de transport jusqu'en Chine, pas les compagnies. En plus, ils doivent travailler sous la même condition que les chinois sur place, c'est à dire, 2 euro par heure, et ne peuvent presque jamais avoir d'épargne. Cela doit être bien intéressant pour les compagnies

Mais vous penseriez comment cela est possible, pourquoi ces japonais sont tellement gentils moutons...

Il doit y être plusieurs raisons, mais selon ce travailleur, ce genre d'offre d'emploi vient souvent avec des phrases comme les suivants:

"Pour votre futur carrière internationale ! Vous pourrez étudier le chinois en travaillant!"

Par exemple je trouve très facilement avec google un publicité assez intéressant de ce genre. Il s'agit d'un offre de bourse scolaire pour l'étude du chinois, proposé par Dailien telecom.

http://www.dailian-telecom.com/intern/muji47.htm (site en japoais)

Dailien telecom vous prpose un cursus du chinois à l'université de Dailianminzu, en Chine, sous la condition du travail de 40 heures par semaine dans ses centres d'appel. (lundi-vendredi 6h/j, 8h de travail à samedi)....
Ce qui est quand même mieux dans ce pub que l'histoire citée en haut, c'est qu'il vous fournit au moins 3000 yuan comme "aide" en plus du salaire, et vous offre aussi les frais de logement et les frais de scolarité.
.....Mais bien sûr que vous n'avez pas de choix de logement, et que vous devrez partager la chambre de dortoire avec d'autres "étudiants".


*


Je vous remercie tous aux visiteurs qui m'ont envoyé des messages, et des commentaires sur ce blog....!
Ces derniers temps je me demande comment continuer ce blog, avec l'autre en japonais.
Une des idées c'est de les réunir et créeer un blog bilingue, comme on m'en a proposé. Mais pour ça, il me faudra un peu de temps....

Posté par soki à 14:10 - - Permalien [#]