13 mars 2008

La guerre 1914-18

J'ai appris la mort du dernier poilu français par l'information.
En fait, je connaissais ce mot "poilu" depuis quelque temps, mais je ne savais pas pourquoi on parlait tellement en France de ces soldats qui ont participé dans la guerre 1914-18.
Aujourd'hui, en écoutant la radio, j'ai compris pour la première fois comment la guerre 1914-18 tenait une place importante dans la mémoire collective des français.
Cette ignorance de ma part vient du fait que cette première guerre mondiale est un événement assez effacé et oublié chez nous, au Japon, devant le poids écrasante de la mémoire de celle deuxième mondiale, avec la colonisation, la chute de bombe atomique, le bombardement de Tokyo, les "femmes de réconfort"....

Enfin la mémoire d'une guerre ça varie naturellement selon les pays, les régions.

Posté par soki à 06:30 - - Commentaires [27] - Permalien [#]


Commentaires sur La guerre 1914-18

    Bonjour,

    C'est un article intéressant. Il est vrai que les vétérans des guerres sont considérés comme des mémoires précieuses pour nous rappeler l'horreur des combats.

    Tiens, donne-t-on la paroles aux vétérans japonais dans les médias sur la seconde guerre mondiale?

    Quant à la première guerre, elle s'est déroulée principalement en Europe: le Front de l'Ouest étant en partie en France(il y a donc eu beaucoup de destructions).

    La guerre a fait plus d'un million de morts et 4 millions de blessés ici, je crois.

    Les conséquences sur l'histoire Française sont donc importantes (perte de population, impact sur la société, la reconstruction, l'économie,la prise en charge et insertion des blessés, des orphelins...).

    Personnellement, je sens que cette mémoire est importante, même si je ne connais pas avec précision cette période.

    Posté par chris, 13 mars 2008 à 20:55 | | Répondre
  • Blog trés sympathique à lire, c'est frais sans froufrou...
    j'aime bien, je linke

    a bientôt nico

    Posté par nico, 17 mars 2008 à 02:46 | | Répondre
  • Salut chris!
    Oui, c'est vrai que la guerre 1914-18 s'est déroulée en principe en Europe et le Japon n'était qu'un des pays alliés.
    Un million de morts, je ne savais pas que c'était si nombreux que ça.

    Mais en plus de ce point, je constate aussi une différence dans l'attitude générale par rapport aux mémoires des guerres. En fait au Japon, depuis 1945, tout ce qui concerne les guerres et l'armée reste très délicat et il est presque tabou de faire l'éloge sur les combats dans les discours publics. Donc donner la parole aux vétérans dans les médias, principalement ça ne se fait pas.
    C'est jusqu'à ce point que les expériences de la guerre deuxième mondiale étaient lourdes et stigmatisantes. L'armée a été abolie, et quand on fait mention aux anciens soldats dans les médias, c'est surtout l'occasion de parler des crimes de la guerre.

    A propos, je fais le lien à ton blog, que je consultais depuis longtemps et que trouve très intéressant.

    Bonjour nico!
    Merci pour ton lien et tes mots
    Je suis passé à ton blog. J'aime beaucoup et surtout les photos sont belles... Je link aussi.

    Posté par Sayaka, 17 mars 2008 à 09:23 | | Répondre
  • Merci

    Bonjour,

    C'est dommage pour la parole aux vétérans, car il y a plusieurs façons de parler de la guerre: ne pas faire d'éloge et témoigner de son expérience (de la douleur, de l'horreur). Cela renforce la volonté de paix , je crois.

    Merci pour le commentaire et le lien, Sayaka.

    Quant à moi, je lis aussi ton blog depuis longtemps: je suis admiratif de ton français. Je voudrais écrire en japonais avec un bon niveau, mais c'est dur. N'hésite pas à me dire s'il y a des fautes.

    Posté par chris, 17 mars 2008 à 21:37 | | Répondre
  • Reportage TV

    Bonjour,

    J'utilise les coms car il n'ya pas de contact diponible sur votre blog...

    je suis journaliste à la chaîne de TV Public Sénat à Paris où je m'occuppe d'une émission consacrée à l'actualité des blogs. Une des rubriques est un portrait de blogueur(euse).
    Dans ce cadre, j'aurais souhaiter vous interviewer car votre blog m'a beaucoup plu.
    Le tournage est prévu jeudi 20 mars

    Vous pouvez me joindre par mail

    Bien à vous

    Caroline Deschamps

    Posté par Caroline, 18 mars 2008 à 01:52 | | Répondre
  • petites précisions :)

    Il faut aussi savoir que le Japon a participé à la Première Guerre Mondiale du côté des alliés. Cela engageait uniquement la marine japonaise qui était chargée de garder les ports alliés en Méditerranée. Après quelques combats, les pertes japonaises étaient comprises entre 1500 et 3000 morts (je me souviens plus du nombre exact désolé). En retour, et pour avoir contribué à la victoire des alliés, le Japon s'est vu octroyer les territoires allemands en Asie (quelques colonies pas très loin du Japon justement, ce sont notamment les îles Marshall, Caroline et Marianne)

    Concernant la 1 GM, c'est aussi (et surtout) un prolongement de la guerre de 1870 (encore avec l'Allemagne, mais appelée Prusse en ce temps là).

    Posté par jojo, 21 mars 2008 à 17:43 | | Répondre
  • >Jojo-kun
    Merci pour ta précision sur les faits historiques!
    Cela m'a donné une bonne occasion de relire l'histoire de mon pays

    J'ajoute que parmi les territoires allemands que le Japon a obetenus, la ville de 青島(Quindao en chinois, Chintao ou Tsingtao en japonais) est surtout connu chez nous grâce à la marque d'une bière qui porte le nom de la ville. Ce sont les allemands qui ont d'abord commencé sa fabrication sur place. De nos jours on en consomme beaucoup en Asie.

    Posté par Sayaka, 25 mars 2008 à 19:11 | | Répondre
  • Au moins le Japon de l'époque savait déjà où étaient ses intérêts XD

    Par contre je comprendrai jamais cette envie d'égaler les puissances occidentales, notamment au prix de la culture et de l'éthique japonaise d'avant Meiji

    Posté par jojo, 26 mars 2008 à 03:36 | | Répondre
  • boucherie suite

    j'ai pas tout lu mais la guerre 14 18 c'est 10 millions de morts et seulement de soldats, la seule bataille de" Verdun condidéree par b eaucoup comme la plus grande boucherie de tous les temps a fait 750000 morts. je ne sais plus combien de tonnes de bombes au m2... c'est en cela que nous ne devons pas oublier.. mon grand père en était revenu..

    Posté par bene, 29 mars 2008 à 03:23 | | Répondre
  • Quand même...

    Quand même, je suis surpris par ton entrée de ce jour (je réagis en retard car je ne regarde pas ton blog souvent). De par ta spécialisation, tu devrais savoir que la Première guerre mondiale a été l'événement capital du 20e siècle, en ce sens que cela a déstabilisé la place de l'Europe au sein du monde, ouvert la voie à la montée des Etats-Unis et de la Russie, puis de l'Asie, puis, plus tard, aux décolonisations. Bref, cela a imprimé une dynamique différente à l'histoire mondiale, rien que ça ! Du fait de ses 10 millions de morts (soldats uniquement !) en Europe. La Première guerre mondiale est un événement historiquement central, et humainement monstreux.

    Posté par ArN, 08 juillet 2008 à 11:38 | | Répondre
  • Merci pour tous vos commentaires!

    Juste une précision...
    Je ne dis pas que je ne connaissais rien du dégât de cette guerre.
    Mais ce qui m'intriguait à ce moment-là, c'est la réaction des français face à cette nouvelle de la mort d'un ancien combattant.

    Et c'est à ce moment là que j'ai compris au niveau "émotionnel" pour la première fois, le poids de cette guerre pour l'Europe et les français.
    Jusqu'alors, j'avais eu certaine idée sur les chiffres des morts, etc., mais cela ne me suffisait pas pour imaginer le sens de cette guerre pour les français.

    C'est parce que je suis toujours influencée par la mémoire collective de mon propre pays qui me dicte le dégât de la 2e guerre mondiale. Dans cette dernière, par exemple, à Tokyo, 80-100 mille personnes sont morts en une nuit du 10 mars 1945, par un bombardement américain, la chute des bombs atomiques, etc. Et cela me prive des fois de l'imagination pour les autres guerres ou d'autres tragédies vécues par les autre peuples.

    Certaines de vos réactions à ce billet me rappelle celle que moi-même ai eu face à un rapport de Vannevar Bush, ingénieur technocrate américain à la fin des années 1940. Dans ce rapport, il dit que "le dégât des maladies épidémiques aux E.-U. pendant la guerre 2e mondiale est en effet plus effrayant et beaucoup plus ampleur que celui de la guerre elle-même. Donc le développement de la science médicale est bien importante...etc". V. Bush le dit pour faire engager à son gouvernement plus sérieusement la politique scientifique.

    (Certes, statistiquement, la mort causée par les maladies est souvent supérieure que celle des morts par les batailles pendant une guerre, notamment jusqu'à la fin du XIXe siècle, même au front parmi les soldats. Mais il est sûr qu'on ne perd pas de 100 mille personnes par les maladies en une seule nuit.)

    Bon il est bien naturel que V. Bush l'écrit, car dans son pays, la guerre la plus terrible sur son sol, c'est toujours la guerre civile américaine au XIXe siècle.

    Mais on est choqué de voir quand même que le même incident est vécu de façon totalement différent par les autres, même si on le sait théoriquement par connaissance.

    Posté par Sayaka, 08 juillet 2008 à 13:01 | | Répondre
  • P.S.

    >ArN

    >Première guerre mondiale a été l'événement capital du 20e
    >siècle, en ce sens que cela a déstabilisé la place de l'Europe au
    >sein du monde, ouvert la voie à la montée des Etats-Unis et de
    >la Russie, puis de l'Asie, puis, plus tard, aux décolonisations.

    Là, tu vas un peu trop loin.
    C'est vrai, mais il vaudrait mieux dire qu'il est "un des événements capitaux", quand tu penses aux autres régions.... Par la différence de la position géopolitique, on ne partage pas la même perspective pour l'histoire.
    Oui, l'Europe a été déstabilisé, mais pour les habitants de l'archipel, l'Occident était toujours présent, ou pire, les E.-U. est montées en puissance. On doit attendre les années 1960 que des choses changent au niveau profond.

    Mais bon. En tout cas, ton commentaire m'as bien aidé de retrouver le lien parmi des éléments que je connaissais séparément.

    Posté par Sayaka, 08 juillet 2008 à 15:12 | | Répondre
  • Mais non, je n'exagère pas...

    Ah mais, relis mon commentaire. Quand je note que la Première guerre mondiale a déstabilisé l'ordre mondial de l'époque (et tout ce qu'il signifiait), c'est bien de l'ordre mondial d'après la Première guerre mondiale dont je parle, i.e. tout du long du XXe siècle jusqu'à nos jours.

    Les États-Unis n'auraient jamais pu monter en puissance comme ils l'ont fait, dans les années 1920 ou dans les années 1960, ou la Guerre Froide (USA / Russie) n'aurait pas eu lieu, s'il n'y avait eu de phénomène de repli européen (il n'y a pas d'autre mot, suite à un XIXe siècle qui aura été "le siècle le plus européen de l'histoire") après 1914-1918.

    La perspective des gens de l'époque, pour répondre à ton argument, je comprends bien qu'elle ait été différente selon les régions. Cependant, ici, on parle de dynamique historique et d'écriture de l'histoire, et non pas de ce que pensaient les gens de l'époque.

    Que les Japonais (ou d'autres pays) ne voient pas l'importance de la Première guerre mondiale, cela n'a aucun rapport avec le fait qu'elle a été l'événement capital de l'histoire mondiale au XXe siècle. Et d'ailleurs, même les Européens de l'époque n'ont pas senti / compris que l'Europe entamait un repli, hein.

    Événement capital, non pas parce qu'il n'y a pas eu d'autre plus "grave" (je ne fais pas de comparaisons de ce genre, tu le sais), mais parce que cette guerre a eu pour effet d'infléchir le sens de l'histoire : cela en permettant la montée d'autres puissances, donc, et en ouvrant, pour quelques décennies plus tard, la voie future aux décolonisations (ce que personne ou presque n'a vu, l'apogée des empires coloniaux étant vers 1930 dans les esprits).

    C'est là un changement fondamental quand on a à l'esprit que l'histoire moderne, depuis le XVIe siècle, c'est la colonisation et la domination progressive de l'Europe sur le monde. C'est cela qui a changé, après que les puissances européennes se soient entre-tuées. Et c'est pour cela que le XXe siècle — notamment après le repli final de l'Europe face au monde après 1945 — est si différent du XIXe siècle.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 13:20 | | Répondre
  • Pour ce qui est du dernier poilu, et du Japon

    Pour ce qui est des réactions françaises face à la mort du dernier poilu, je suis bien sûr d'accord avec toi (oups, je n'avais pas répondu à ce point !).

    En outre, par rapport à ce que tu notes à propos du Japon, je suis convaincu que pour comprendre le rapport du Japon actuel à la Seconde guerre mondial il faut avoir à l'esprit que la Seconde guerre mondial a eu au Japon un poids social équivalent à la Première en Europe, tout en étant aussi la cause du recul du Japon sur la scène internationale (à laquelle il participait avec les pays ouest-européens avant 1945, au sein de l'ordre mondial dix-neuviémiste).

    Tout cela, je l'ai déjà écrit dans des articles. Et ce que je note ici va dans le sens dans mes deux commentaires ci-dessus.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 13:25 | | Répondre
  • Je te remercie de ton explication comme une partie d'un article. Je précise que je ne suis pas en désaccord avec toi sur les détails du processus historique.
    Et je constate maintenant que cette discussion se base enfin sur le malentendu mutuel sur certaines nuances des commentaires de la part de chacun.

    Certes, comme tu dis, j'admets qu'en ce qui concerne la destabilisation de l'ordre du monde fait par les Européens, la première guerre mondiale doit être "l'événement capital", et que cela doit être le plus traumatisant pour les européens eux-mêmes, tandis que les autres ne le vivaient pas ainsi (c'est "capital" en quelque sorte, mais pas traumatisant, évidemment...).

    Cependant, cela ne répond pas à ma question initiale, qui était posée dans l'article de mon blog: "Pourquoi les gens réagissent comme ça en France à la mémoire de la première guerre mondiale?". Tu sais, l'interprétation des historiens n'expliquent pas toujours la réaction des gens ordinaires. Les historiens l'interprètent de la position d'un expert, et les gens le font par leur propres prises de position. Les deux ne sont pas toujours les mêmes, et ni l'un ni l'autre est supérieur ou inférieur, juste il y a la différence de position. (Je t'avoue que je tire cette argumentation des Science Studies)

    Ou, au mieux, on pourrait discuter en tant qu'historien de la construction de la mémoire collective à l'échelle nationale pour y réfléchir. Mais pour l'instant, cela ne suffit pas pour ma curiosité d'argumenter à cette échelle "académique" sur ce sujet.
    C'est parce qu'ici j'écris ce blog plutôt en tant qu'un simple individu curieux qui veut rencontrer des gens variés. Je veux collecter des voix multiples des internautes sur cette guerre, genre témoignages disparates, tels que "j'ai perdu mon arrière grand père dans cette bataille", "Dans mon école, les profs nous ont fait voir des films", etc. Et je serai ravie de ma part de publier ce que je pense dans la vie quotidienne, des éléments de sentiments, tous ce qui débordent toujours du cadre de ma profession m'obligent.

    Posté par Sayaka, 13 juillet 2008 à 14:35 | | Répondre
  • OK

    Nous sommes donc bien d'accord. Et effectivement, pour par exemple l'Inde, sortir du monde bâti par les Européens a été / est un événement capital bien qu'on ne puisse dire que la Première GM ait été traumatisante pour eux. Encore que l'on pourrait débattre du traumatisime de la décolonisation. Mais cela n'est pas ni de ce traumatisme-ci ni de celui de la Première GM dont je parlais, n'est-ce pas ? Parler d'une "guerre européenne" est juste si l'on s'exprime factuellement, mais du point de vue de l'histoire mondiale (et donc des répercussions et du sens de la Première GM) c'est totalement faux.

    Ensuite, pour répondre à ta question initiale (à laquelle je ne répondais pas) : les débats mémorielles me fatiguent. Non pas qu'ils "m'agacent", car je suis respecteux des personnes concernées : mais justement, les personnes soit-disants "concernées" le sont en réalité de moins en moins.

    Et c'est bien la caractéristique centrale de la Mémoire au sens où ce mot est employé actuellement, à savoir un ensemble de reconstruction mentales par rapport à un passé non saisi exactement.

    Pourquoi s'inquiéter de la disparition du dernier poilu ? Certainement pas pour une question de connaissance historique. Mais sans doute parce que l'on sent que le passé auquel on était encore attaché (au sens littéral : le passé qui s'accroche à nous, ou vice versa) se dérobe sous nos pieds. Il s'en va. Surtout quand il s'agit de ce passé là, véritable traumatisme s'il en est : la France a été le pays le plus saigné à blanc en Europe proportionnellement à son poids démographique d'alors (plus de morts en Allemagne, en Russie et en Autriche-Hongrie, mais pour des populations bien plus nombreuses dans ces pays-ci).

    Du point de vue de l'histoire purement française (et là, je me rapproche de ton interrogation), la Première GM aura définitivement mis fin à nos "instincts guerriers" (j'emploie cette formulation de mon ami et collègue Laurent N. car, comme il me le rappelait, il ne s'agit pas que d'idéologie née avec l'Etat-nation, mais aussi de problèmes antérieurs et / ou différents), tout en enracinant un certain pacifisme et une certaine méfiance envers l'armée dans notre pays, ce qui n'existait pas avant.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 15:24 | | Répondre
  • Au fait

    Au fait, il ne s'agit pas des "détails du processus historique", mais plutôt de ses "grandes lignes", hein.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 15:25 | | Répondre
  • Au fait

    Au fait, il ne s'agit pas des "détails du processus historique", mais plutôt de ses "grandes lignes", hein.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 15:31 | | Répondre
  • Pour information, la 1 GM a fait environ 1,4 millions de mort en France, majoritairement des soldats, pour une population en 1914 de 41 millions d'habitants (métropole). Cela fait environ 3,4 % de sa population totale.

    Le Japon avait en 1940 environ 70 millions d'habitants, et a perdu environ 2,2 millions (soldats 37-45. Cela fait environ 3,14 % de sa population totale. Auxquels s'ajoutent 400 000 civils.

    De là, on ne peut pas s'étonner du poids mémoriel de la Première GM en France (ou de celui de la Seconde GM au Japon). Nul besoin d'évoquer les représentations individuelles postérieures (i.e. celles des descendants ou autres) pour cela.

    Pour la Seconde GM, je rappelle que les pays de l'Axe ont perdu moitié moins de soldats que les pays alliés (pour les civils, le nombre de morts dans les pays alliés est tout à fait incomparablement supérieur au nombre de civils morts dans les pays de l'Axe, malgré tout ce qu'on a dit sur les bombardements en Allemagne et au Japon — que je critique cependant).

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 15:59 | | Répondre
  • Ah, non... tu ne comprends rien de ce que j'écris.
    Je voulais savoir ce que des gens contemporains en France pensent sur cette guerre.

    Je te remercie pour les renseignements en chiffre, car cela m'en renseigne et m'économise le temps de recherche, mais je peux m'en procurer par les livres et l'internet. Par contre, le sentiment de chacun qui vit maintenant ce moment, cela ne peut venir que par des témoignages. Et j'en ai eu. La tienne en fait aussi partie.

    Disons, il s'agit de l'intérêt plutôt anthropologique qu'historique.
    (le terme mal aimé par toi)
    Mais en même temps, je ne veux pas utiliser ce genre de termes...car, si je dis ça, c'est comme si je pose moi-même à la position d'un "chercheur" qui examine les autres. Et je ne le veux pas. Je veux écouter simplement, en tant qu'individu, des gens qui ont vécu et vivent une histoire différente de celle que je vis.

    Par exemple, l'importance pour vous en ce qui concerne la mort du dernier poilu, c'est toujours qqc d'exotique pour moi, même après avoir lu ta précision sur le chiffre. La liaison de ces deux éléments sont loins de m'être claire, sans écouter des témoignages de chacun.

    Posté par Sayaka, 13 juillet 2008 à 17:42 | | Répondre
  • L'effet de la pandémie?

    La 1GM correspond au boom de la grippe espagnole en 1918-20.
    Est-ce que tu as des données sur la proportion des morts causés par cela parmi les soldats pendant la guerre?
    C'est juste une simple question par curiosité.

    Posté par Sayaka, 13 juillet 2008 à 18:09 | | Répondre
  • Ah mais, tu demandais dans ton message initial pourquoi les gens ressentaient si fortement la Première GM en France. (Je cite : « je ne savais pas pourquoi on parlait tellement en France de ces soldats qui ont participé dans la guerre 1914-18. »)

    Hé bien, pour quitter le problème de la place de la guerre et pour répondre sur sa place dans l'esprit des gens, je te répondrai à nouveau que c'est une guerre qui a pesé lourdement sur la démographie française (le taux de mortalité que je t'indique est supérieur à celui du Japon durant la Seconde GM !!), ainsi que sur l'industrie et l'agriculture françaises : ce sont là des éléments de réponse importants, et qui devraient suffire pour mesurer la dimension traumatique de l'événement.

    Pour la dimension industrielle ou agricole etc., il faut avoir à l'esprit qu'une quinzaine de départements français ont été ravagés. Bien évidemment que c'est un traumatisme : en plus du taux de destruction des routes, des lignes de chemin de fer (pour ces deux éléments : plusieurs dizaines de milliers de kilomètres), des usines et entreprises détruites (plusieurs centaines de milliers), idem pour les maisons, des dizaines de milliers d'hectares incultivables etc. (Pour les détails, voir notamment : La Grande Guerre, de Marc Ferro.)

    Il faut aussi souligner que ce sont là des problèmes que l'Allemagne n'a pas connus, puisque tous les (principaux) combats ont eu lieu en France. Cela explique que les Français soient devenus pacifistes par la suite, et non les Allemands.

    Donc, pour re-répondre à ton interrogation initiale, ce fut et reste un véritable traumatisme en France (plus qu'en Allemagne, à part pour les blessés de guerre). Je pense qu'à part les personnes qui vivent dans le sur-présent constituant l'idéologie du consumérisme, tout le monde te répondra, à divers degrés, avec l'émotion qui est la mienne devant tout ce gâchis humain.

    Donc, hé bien, il y a plein de raisons qui font que l'« on parl[e] tellement en France de ces soldats qui ont participé dans la guerre 1914-18 »

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 22:03 | | Répondre
  • Je ne pense pas qu'il y ait de rapport avec la grippe espagnole, mais sans doute que l'affaiblissement physique des populations (sous-nutrition des civils à cause du rationnement etc.) aura joué, car il y a eu souvent des famines ou épidémies à la fin des guerres modernes au XXe siècle. Idem en Inde en 1943, au Viêtnam en 1945 etc.

    Mais, cependant, depuis la Guerre russo-japonaise, il y a plus de morts au combat que de maladie parmi les militaires. (Ce qui n'était pas le cas avant, comme tu le sais).

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 22:06 | | Répondre
  • Au risque de me répéter : la mort du dernier poilu, c'est tout ce pan de notre passé qui se dérobe sous nos pieds, comme je l'ai noté plus haut, et c'est un événement évoquant, à divers degré et selon les gens, cet événement traumatique que fut la Grande Guerre, dont l'ombre plane toujours dans l'esprit des Français — à divers degrés.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 22:09 | | Répondre
  • J'inverse ta question

    Au risque encore de me répéter (et c'est pour cela que j'aimerais que tu prêtes attention aux données chiffrées que j'ai mentionnés plus haut, car l'anthropologie c'est bien beau, mais sans données précises et vérifiables on est dans "les représentations"), je te pose la question suivante : que ressentiront/raient, à divers degrés et selon les gens, les Japonais quand mourra le dernier soldat ayant participé à la Guerre de l'Asie et du Pacifique, ou bien quand mourra le dernier civil ayant connu les bombardements de 1945 ?

    Souligner le poid comparable, sur lesquel j'insistais plus haut, entre ces deux guerre (la Première pour la France, la Seconde pour le Japon) devrait permettre de répondre à ta question.

    Posté par ArN, 13 juillet 2008 à 22:13 | | Répondre
  • artéfact

    Salut, je suis tombé par hasard sur ce blog et ma foi, bravo !!! J'avais pris l'habitude de croire que le net n'était fréquenté que par des abrutis, des obsédés et des ravagés des neurones...

    Des propos sensés, ça change !!!

    Juste un truc en passant ( truc qui justifie le titre, en fait ) : vous ne trouvez pas ça étrange que le "dernier poilu" ne soit pas né Français ?

    C'était un Italien engagé dans la Légion étrangère ( ce qui, par ailleurs, n'aurait pas du non plus jouer statistiquement pour ses chances de survie au conflit ). Rien de xénophobe dans mes propos, rassurez-vous, je trouve simplement ce clin d'oeil assez "croustillant" au moment où la police d'un certain "Omni-président" fait la chasse aux personnes qui n'ont eu que le tort de ne pas naitre au bon endroit ?

    Posté par le phacochère, 20 juillet 2008 à 05:17 | | Répondre
  • 14-18 suite du débat

    Sayaka, j'aime votre blog et le parcours de temps en temps. 2 repères sur cette guerre: Verdun, c'est comme Iwo Jima. Cela devait durer quelques semaines, cela dura 4 ans. Cette bataille du pacifique utilisa la même technique de combat. De 2 jours, elle dura- je crois - quelques semaines et fit 20 000 morts. Quand vous viendrez en France, arrêtez-vous dans un petit village, regardez le monument aux morts avec les noms inscrits. Questionnez le maire.
    Et puis les femmes remplacèrent les hommes dans les métiers masculins (j'en suis encore traumatisé).
    On appela cette guerre de 14 la "der des der"; la dernière donc.
    Je trouve la dernière guerre très présente symboliquement, métaphoriquement au Japon dans les mangas que lit mon fils, dans Murakami...
    Amicalement
    Hans

    Posté par Hans, 24 juillet 2008 à 02:25 | | Répondre
Nouveau commentaire